La digestion - la fourbure

La fourbure: la rançon des excès
La fourbure est une affection très grave. Il s’agit d’une atteinte des tissus internes du pied (le podophylle). Une courte période d’induction est suivie d’une accumulation excessive de sang suivie d'un oedème au niveau de ces structures. La circulation sanguine, du sabot à la couronne, est perturbée de même que les apports d’oxygène et de substances nutritives. Les tissus vont se détériorer et la troisième phalange risque de basculer. Lorsque cette bascule survient, une récupération complète est alors impossible.

Très douloureux
Les symptômes sont très clairs: d’abord le cheval est plus raide, il “marche sur des oeufs”, très vite il présentera des douleurs importantes (à comparer aux humains qui ont une inflammation battante sous un ongle), les membres sont raides avec augmentation du polygone de sustentation, les antérieurs en avant et les postérieurs en dessous: attitude antalgique pour essayer de se soulager, les sabots atteints sont plus chauds, le cheval est cloué sur place; il souffre d’un malaise général, il n’a pas faim, il est fébrile, la transpiration est profuse, la respiration est accélérée et il peut avoir des symptômes de coliques. Quand les quatre sabots seront atteints il ne lui reste que la solution de se coucher.
A l'intérieur du boulet et dans le pli du paturon on peut sentir la pulsation des vaisseaux sanguins.
Il faut appeler le vétérinaire de toute urgence. En attendant, gardez le cheval au box ou au paddock ou il aura suffisamment de place pour se coucher. Surtout ne le faites pas marcher car la circulation sanguine est perturbée de façon telle qu’elle ne se résout pas en marchant. De plus, le cheval souffre déjà assez!
Ne refroidissez pas les sabots, cela freinerait encore plus la circulation sanguine.
Ses chances de guérison ou même de survie dépendent de la rapidité d’intervention du vétérinaire (début du traitement) et du suivi par le maréchal-ferrant.
Vous pouvez soutenir l’action du vétérinaire avec Laminaze*****, un produit qui contient, entre autres, beaucoup d’antioxydants permettant d’accélérer l’élimination des toxines.
Très souvent d'origine alimentaire, la fourbure peut évoluer vers une insuffisance hépatique et/ou rénale. Dans ce cas il est conseillé d'administrer une cure de Equi’drink Drainage, associée à une cure de Biotics.

En phase aiguë toute nourriture est strictement interdite, mis à part du foin de bonne qualité.
Commencez une cure de Biotics le plus tôt possible afin d'équilibrer la flore intestinale.

On connaît plusieurs causes:
*surcharges alimentaires conduisant l’organisme à produire un excès d’acidité, d'où un déséquilibre de la flore intestinale: la digestion est perturbée, beaucoup de bactéries meurent dans les intestins, notamment dans l'intestin grêle. Ce processus libère des toxines et le processus enzymatique de détoxification est rapidement débordé;
*syndrome de surcharge graisseuse du foie (par ex. obésité chez les poneys);
*non délivrance;
*traitement (prolongé) par des corticostéroïdes;
*infection digestive, pulmonaire, troubles rénaux chroniques ou autres, ce qui conduit à l’accumulation de toxines dans le sang;
*on connaît également la fourbure de route qui se manifeste 12 à 24 heures après un effort (course d’endurance, promenade sur terrain dur etc.). Les causes sont alors multiples: qualité du terrain, ferrure mal adaptée, pertes hydroélectrolytiques, notamment déséquilibre entre calcium et potassium, etc.;
*boire une trop grande quantité d'eau froide d'un coup après un effort perturbe la flore intestinale (risque de coliques);
*les chevaux qui ont une immunité déficiente et un déséquilibre hormonal comme dans le cas de la maladie de Cushing;
*surpoids: les poneys présentant un surpoids sont particulièrement sensibles à la fourbure. Avec les surcharges pondérales, il peut se manifester des troubles métaboliques, à tel point que la graisse abdominale va se comporter comme une glande endocrine, libérant certaines hormones dans le sang, nocifs pour les laminea. Si votre poney a un véritable surpoids, diminuez alors progressivement sa ration en lui fournissant un supplément comme Slimline. Surveillez bien que son pré ne soit pas trop riche et donnez lui suffisamment d’exercice.

Mais la cause principale, surtout chez les chevaux/poneys qui vivent au pré, est un excès de glucides dans leur nourriture.

Fructane, le malfaiteur !
Voire également le dossier « La digestion » - l’insulino-résistance.
Des recherches récentes ont montré que ce n’est pas le taux de protéines dans l’herbe de printemps qui cause les fourbures, mais plutôt le fructane, un sucre. Les graminées stockent le fructane sous l’influence du soleil, mais également à des températures entre 0 et 5° C., ce qui est le cas au printemps et en automne. Alors de très belles journées suivies par des gelées nocturnes sont des phases d’alarme!, de même pour des périodes de pluie qui succèdent à des périodes de sécheresse. Le fructane s’entasse dans les prés “pauvres” et les graminées en fleurs. Même le foin peut contenir trop de fructane. Si vous avez des doutes, trempez alors le foin pendant une heure, le fructane, étant hydrosoluble, disparaîtra.
Un taux de sucres trop élevé dans le sang (hyperglycémie) endommage en premier lieu les vaisseaux sanguins dans les lamelles du sabot (comparable aux problèmes vasculaires des diabétiques) avec, comme conséquence, un oedème accru entre les lamelles.

Soyez prudent !
N’oubliez pas qu’un cheval qui a eu une fourbure, peut facilement récidiver. En cas de récidive, il faut au moins 4 à 6 semaines avant que l’inflammation ne se calme. Les dégâts au niveau du laminea ne sont jamais réparés à 100%, ils sont cumulatifs, chaque fourbure se construit sur les dégâts de la précédente.
La ligne blanche reste très souvent élargie, on y reconnaît la fourbure.
Alors: mieux vaut prévenir que guérir: donnez à votre cheval/poney Equi’mélange Anti-fourbure préventif dès que l’herbe repousse. Limitez les sorties au pré et habituez votre cheval/poney progressivement, de préférence après les repousses de printemps et d’automne.
Il en est de même pour les chevaux qui ont parfois des fourbures légères: ils marchent encore mais d’un pas raccourci, mal à l’aise. Au repos, ils ont tendance à se balancer constamment. Vérifiez si un changement de nourriture modifie les symptômes: augmentez les fibres, supprimez les hydrates de carbone et donnez un supplément tel que Iodamine Equine.
Surveillez le poids de votre cheval/poney, évitez toute surcharge pondérale.
Si votre cheval/poney a besoin d’un traitement médicamenteux, faites-le de suite suivre par une cure de Equi’drink Drainage et Biotics.

Des recherches ont montrés que des chevaux/poneys fourbus ont une quantité d’insuline 4 fois supérieure à la normale. Une fois « guéris », ils gardent une sensibilité au glucose: ils ont du mal à digérer les sucres et récidivent facilement.

Partagez-moi!

Produits